Marquée à vie... une histoire de cicatrices.

jeudi, juillet 14, 2016


Pas vraiment l'histoire en fait, je n'ai pas l'intention de m'étendre ici au sujet du "comment", parce que c'est douloureux à écrire et que cela viendrait, sans doute, un peu remettre en cause ce pardon déjà accordé.

Marquées, voilà comme je me sens. Sur les joues, le coin des lèvres, la paupière, elles sont nombreuses ...  Je les porte presque comme des tatouages ces cicatrices pourtant disgracieuses. Comme faire autrement sinon de les assumer ? Plus ou moins à vrai dire. Le maquillage est là heureusement. Il parvient un peu à dissimuler ces petites blessures.

Parfois j'entend, fièrement balancé par certaines, "Moi, je ne me maquille jamais", un peu comme si elles étaient au dessus de la masse. Se maquiller n'a rien d'un acte embarrassant, ces couleurs qui viennent égayer nos peaux ne sont là que pour mieux la sublimer voilà tout... Et en ce qui me concerne, oui le maquillage camoufle, masque, gomme momentanément ces défauts trop lourd à porter avant.

Avant, car dorénavant, je suis une personne à part entière, une femme accomplie, ma matrice est soudée et ces marques font irrémédiablement partie du programme. Je ne me cache pas, je regarde mes interlocuteurs face à face. Bref j'assume. Dans la vraie vie telle est mon choix, mais à l'arrêt, sur de trop nombreuses photos, j'ai plus de mal à faire abstraction de ces lignes qui parcourent mes traits. Sans doute parce qu'elles sont là figées, contemplables à volonté... mes yeux ne s'en détachent pas, je les parcours même du doigts, les observent obsessionnellement, et j'oublie un bref instant, mais si souvent répété, de ne plus les détester.

Heureusement, j'ai semble t-il de la chance dans mes amours, je me suis sentie libre toujours. En confiance, et jamais je n'ai eu à souffrir de remarques déplacées et surtout jamais je n'ai eu à me cacher. Me démaquiller et me présenter telle que je suis vraiment s'est toujours passée de manière naturelle sans crainte de ma part et sans maladresse par ailleurs.
Quant aux autres, et bien que dire ? Nous vivons dans un monde où l'apparence est placée devant des qualités essentielles, c'est ainsi. Alors oui, sans doute suis-je considérée comme défigurée parfois... et comment en vouloir à ces regards qui s'accrochent sur mon visage quant moi, je peine à le regarder certaines fois ?

Lorsque voir ces cicatrices, me fait mal, m'oppresse et me révolte, je me raccroche à une phase que mon grand frère m'avait un jour glissé lors d'un moment de blues, le souvenir est vague mais les mots raisonnent en moi : "C'est normal ces petits défauts sur ta peau, Dieu a fait ça parce que sinon tu aurais été vraiment trop belle"... Ouais, je sais il est fort ! et Hop guérie pour la vie.

Je n'ai pas envie d'apporter un témoignage, d'aller chercher des références, de faire le parallèle avec les scarifications chez certaines peuplades d'Afrique, j'ai envie de simplicité, de poster ces quelques photos qu'habituellement j'aurais supprimée, pour partager avec vous cette vérité et aussi peut-être aider quelques personnes à assumer...


You Might Also Like

4 comments

Leave a message ...

Revele-toi sur Facebook