Mon retour au naturel #Episode 1

samedi, novembre 17, 2012



Vous n'avez pas fait le choix du fameux big chop pour vous "délivrer" de vos cheveux défrisés et redécouvrir vos cheveux dits naturels ? Ah vous êtes donc comme moi une adepte de la transition ! Pourtant ce choix n'est pas le plus facile et est souvent source de renoncement pour beaucoup de candidates à l'aventure !



 En effet, laisser cohabiter deux textures différentes, qui requièrent des soins spécifiques, est une expérience dont on ne sort pas indemne. Ce n'est qu'une question de temps et de longueur : nommons cela comme il vous plaira, « mini chop » par exemple, mais il faudra tout de même recourir à quelques coups de ciseaux pour atteindre notre nirvana capillaire etredécouvrir ses cheveux cotons.

 
En ce moment, ma mutation opérée, je suis en pleine période de bilan et il est vrai je suis encore remplie de doutes, l’attente me semble insurmontable tant j’ai hâte d’atteindre une certaine longueur. Il faut raison garder je le sais mais après tant d’année de transformation, de soins prodigués à la force mes petits doigts, de produitstestés, de pages internet parcourues, … je trépigne un point c’est tout !
 

Ceci étant dit, ce post n’a pas pour seul dessein de m’épancher honteusementau sujet de mes misères capillaires, mais aussi et surtout de vous proposer un point, une revue, un bilan de mon aventure ! Je me suis souvent interrogée sur mon évolution et cela me semble tellement lointain, ou bien j’ai déjà tant répondu aux questions des unes et des autres que ce récit pourrait constituer pour mes chères lectrices adorées une forme de FAR...  out le Q et vives lesréponses !

 

1.     Le commencement.

Grande consommatrice depuis l’enfance, j’ai arrêtéd’utiliser des produits défrisants en septembre 2009, que le temps passevite ! Cela m’a semblé être comme une évidence. J’étais lasse tout simplement et en surfant sur le net, la texture naturelle m’a tout bonnement subjuguée, j’admirais toutes ses femmes qui portaient de magnifiques afros et des tas de coiffures plus jolies les unes que les autres. De fait, bien que très imaginative,en mode défrisée, je me contentais souvent de les lisser et de les laisser retomber sur mes épaules… ; J’avais besoin de neuf et je n’ignorais pas que la petite recette magique permettant de rendre mes cheveux lisses comme de la soie n’était pas si magique que cela et qu’elle pouvait bien sûr être nocive à la longue.

Aidée dans ma recherche, grâce à cette fantastique invention qu’est Youtube, par nos consœurs américaines, j’ai très vite trouvé tous les conseils utiles, y compris auprès de merveilleuses bloggeuses Françaises. Mais la mise en œuvre est une autre histoire ! Le nombre de sites, d’avis, deproduits, de conseils, …. sont tels, qu’il est pratiquement impossible des’y retrouver dans cette jungle : trop d’informations, tue l’information ! J’ai donc connu une longue période que je qualifierai de« bordélique » avant de créer finalement ma propre routine qui continue d’ailleurs à évoluer.

 

2.     Ma période bordélique  


Certes, je ne me défrisais plus les cheveux, mais ils étaientt oujours imprégnés des substances chimiques et donc toujours lisses.  Alors, dans un premier temps j’ai continué à les lisser au fer, ce qui a prolongé considérablement ma période de transition ! Car, il faut vraiment le signaler, l’utilisation constante dufer à lisser transforme immanquablement la nature de la fibre capillaire (loin d’être une experte, je n’entrerai pas dans les aspects techniques, mes connaissances étant ce qu’elles sont : celles d’une amatrice passionnée !).



Et puis je me suis plongée dans la quête du graal, LE soin idéal !.Lorsque l’on débute dans cet univers complexe, l’une des grandes étapes, qui vire à coup sûr à l’obsession, c’est celle qui consiste à trouver une marque,un produit, une gamme, …. qui fonctionnera pour nous et donnera le résultat tant espéré ! Mais oh la la la la, cela ne se fait pas sans peine. Mon premier coup de cœur en matière de produits fut la gamme Aphogee! Influencée par le web et bien que ces produits restaient introuvables en France à l’époque, j’ai très vite adoptée ces soins, qui semblaient être un premier outil parfait, compte tenu de ma situation.

 
Et en effet, le lissage avec ces produits relevait de laperfection ! Mes cheveux n’avaient jamais été aussi lisses et cela grâce à la kératine qu’ils contenaient. Ma routine, la première année de mon expérience était la suivante, une fois par semaine, chaque dimanche :

  • Un bain d’huile - huile d’amande douce,huile de ricin, hair mayonnaise, un œuf – « la recette » pouvait varier bien entendu, mais chaque dimanche je me contraignais à respecter cette étape clé, 
  • Un rinçage à l’eau tiède,
  • Un lavage avec le shampooing pour cheveux abîmésd’Aphogee,
  • Un mini-masque avec le two minute réparateur d’Aphogee,
  • L’utilisation de leave in de la gamme Aphogee(green tea et pro-vitamine),
  • Démêlage avec un peigne à grandes dents,
  • Pré-séchage avec une serviette éponge,
  • Séchage au sèche-cheveux (tiède),
  • Lissage au fer,
  • Wrap chaque soir pour maintenir le lissage toutela semaine.


Cette routine bien que légerement contraignante du fait du nombre de manipulation, (adieu les longues balades du dimanche) m’a vraiment bien réussie. Seulement j’avais l’impression de "gruger", de substituer le fer à lisser à l’utilisation de produits défrisants et par conséquent de perdre devue l’objectif même de ma démarche : le retour au naturel ! J’ai donc renoncé à l’utilisation d’une partie de la gamme Aphogee  et surtout j’ai stoppé définitivement le lissage au fer !
 
 
 
.... To be continued
Cliquez ICI pour lire le 2ème épisode

You Might Also Like

8 comments

Leave a message ...

Revele-toi sur Facebook